Mohamed B., un Algérien en situation illégale sur le territoire belge, a été interpellé lundi soir à Verviers, selon des informations divulguées sur Twitter mardi matin par le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Theo Francken (N-VA). « Nous allons tout faire pour l’emmener hors du pays le plus rapidement possible », précise Theo Francken sur le réseau social, faisant référence à un « salafiste algérien ».

Son expulsion pourrait avoir lieu « dès que nous avons un nouveau laissez-passer de l’ambassade algérienne », indique le secrétaire d’Etat. L’information concernant l’interpellation de Mohamed B. par la police à Verviers et sa probable expulsion prochaine figure le même jour dans les journaux de Sudpresse et Het Laatste Nieuws. Mohamed B., un quadragénaire surveillé par les services de renseignements pour liens présumés avec le terrorisme, avait été détenu durant deux mois au centre fermé de Vottem, en vue d’un renvoi vers l’Algérie prévu au tout début du mois de février. Mais le tribunal de première instance de Liège avait suivi une requête unilatérale de sa part, empêchant son expulsion au dernier moment et forçant les autorités à le relâcher, pour raisons médicales, sous peine d’astreinte. Theo Francken avait eu recours à la procédure de tierce opposition contre cette décision, et le second jugement lui avait donné raison. Le secrétaire d’Etat avait donc annoncé la semaine dernière que l’homme en question était à nouveau recherché. Mohamed B. avait été décrit dans les médias comme un homme « dangereux », marié à une jeune Néerlandaise arrêtée en Belgique après être revenue de Syrie. (Belga)